Cette semaine c’est au détour de la rue Maréchal Joffre que je vous propose de lever les yeux quelques minutes.

adr1

Le Palais Baréty

31 Rue Maréchal Joffre à Nice 

Construit dans le 4° quart du XIX° siècle, en 1898 le Palais Baréty fait partie de ces bâtiments cossus et réalisés pour des membres de la bourgeoisie locale.

Dans un premier temps c’est le bow-window que j’ai remarqué. La bichromie des briques utilisées pour réaliser des motifs dans le style mosaïque, les ferronneries et le verre.  Après quelques minutes d’observation mon regard s’est posé sur la frise couvrant l’intégralité de l’attique, une fresque aux motifs floraux agrémentés d’arabesques et de volutes, dans une palette chromatique oscillant du bleu à des tons bruns. La frise surplombe un balcon filant sur l’intégralité de la façade, agrémenté de sculptures tête de bœuf. Par la suite je me suis intéressée à l’aspect de la façade dans son intégralité composée de pierres taillées en bossage (très coûteux, représente bien la richesse du commanditaire). Sur la droite de la porte principale, six médaillons comportant des détails floraux.

Son style est indéfinissable de part ses éléments typiques de l’Art Nouveau : le bow-window, les volutes, les éléments floraux, son avancée de toit mais sa façade en pierres à appareil à bossage, la porte massive et les fenêtres en somme toutes classiques me permettent de considérer le Palais Baréty comme étant un bâtiment à l’usage timide des codes de l’Art Nouveau né en Belgique 15 ans plutôt.

Quelques mots sur l’architecte : Lucien Barbet (1852-1937)

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris il intervient dès 1881 dans la ville de Nice. Barbet supervise les travaux du Palais Sarde en qualité d’architecte départemental, les plans sont réalisés par Dieudé-Défly (architecte du Palais de Justice de Nice). Il est également professeur d’architecture et de construction à l’Ecole Nationale d’Art Décoratif de Nice.

Afficher l'image d'origine  Classé au monument historique depuis le 16 juin 1996

 

Carla Otto-Bruc